La loi prévoyait depuis deux ans l’obligation pour les chauffeurs de voiture de transport de suivre une formation préalable de 250 heures, afin de garantir leurs compétences. Un décret applicable au 1er janvier 2016 supprime cette obligation en la remplaçant par un simple examen de contrôle, dont les modalités ne sont pas encore définies : elles devront être précisées ultérieurement par l’administration, alors que l’examen devrait théoriquement être obligatoire dès à présent pour les nouveaux chauffeurs privés.

Une situation juridiquement incertaine pour les nouveaux chauffeurs VTC

L’accès à la profession pour ces nouveaux chauffeurs privés souffre donc actuellement d’un flou juridique : il n’est pas encore possible pour eux de se présenter à l’examen prévu, mais il leur est également difficile de se réclamer d’une formation vouée à être supprimée ! Une seule chose est d’ores et déjà certaine, l’obligation de formation continue VTC pour les chauffeurs est maintenue.

Chauffeurs VTC une libéralisation qui fait polémique

La fin proche de ces 250 heures de formation initiale a suscité l’indignation aussi bien des chauffeurs VTC que des chauffeurs de taxi, qui s’étonnent que l’on puisse désormais conduire une voiture de transport sans pour autant justifier d’une formation adéquate, alors qu’eux-mêmes ont suivi une telle formation pour les uns ou passé un examen et fait l’acquisition d’une plaque pour les autres. Le nouvel examen, qui sera désormais le sésame pour les chauffeurs privés, n’est pas encore clairement défini, certains ayant même évoqué la possibilité d’un simple QCM (questionnaire à choix multiple) destiné à vérifier les connaissances du candidat, notamment en ce qui concerne le code de la route. Cette solution, née de la volonté du ministre de l’économie Emmanuel Macron de favoriser la création d’emplois dans le secteur, risque de se faire au détriment de la qualité du service rendu aux usagers. Les nouveaux chauffeurs de voiture de transport n’ayant pas bénéficié d’un stage de formation avant de prendre le volant, compte tenu des oppositions nombreuses, il n’est pas exclu que la difficulté de l’examen soit plus élevée qu’attendue, afin d’obliger implicitement les candidats à l’obtention de la carte professionnelle à suivre auparavant une formation VTC.

Formation continue VTC, une obligation maintenue

La formation continue VTC restera une obligation pour tous les chauffeurs de véhicules, qu’ils aient obtenu leur carte professionnelle VTC avant 2016 à l’issue des 250 heures de formation initiale ou qu’ils l’obtiennent dans le futur après avoir satisfait au nouvel examen. Les professionnels du volant devront pouvoir justifier du maintien à niveau de leurs connaissances et de leur actualisation en fonction des évolutions réglementaires en suivant tous les cinq ans une formation continue VTC dispensée dans un centre agréé de formation.